ABCM - 15 Logements intermédiaires

"Les volumes se déploient telles des longères urbaines et s’adaptent ainsi au tissu urbain existant par une volumétrie sobre sans artifices"

Client/Maître d'ouvrage:Caen La Mer Habitat
Aménageur: Edifides

Location/Lieu:Bénouville, France
Area/Surface: 1017sqm/1017m²
Year/Année:2021
Cooperation/Collaboration: Matimoperle, ITE, Boulard, Bader, Acoustibel
Status/Status: Ongoing/En cours

Bénouville est une petite commune du Calvados située à quelques kilomètres du bord de mer. La ville est notamment célèbre pour son fameux pont du « Pégasus Bridge » qui fut le théâtre d’opérations militaires durant la seconde guerre mondiale.

 

Depuis quelques années la commune connait un fort développement urbain et l’augmentation significative de sa population grâce à sa proximité avec la mer et un accès rapide vers Caen via une route départementale à grande vitesse (RD 514). C’est dans le cadre de ce développement que Caen La Mer Habitat a fait l’acquisition d’une parcelle au sein d’un lotissement en cours de réalisation afin de construire un programme de 15 logements intermédiaires.

 

La parcelle de l’opération est le macrolot 33 et se situe à l’entrée du lotissement Clos Bellevue, le long de la RD 514, dans un tissu urbain essentiellement pavillonnaire et à proximité de l’église Notre Dame du Port (bâtiment classé) et de son cimetière.

 

En limite Nord-Ouest, le terrain est bordé par un merlon végétal existant qui la sépare de la route départementale 514 (4 voies de circulation). A l’Ouest du terrain un nouveau merlon paysagé a été réalisé dans l’emprise foncière de la parcelle et créé une seconde barrière visuelle et phonique avec la voie de circulation. Côté Sud-Ouest, une dense végétation fait office de limite naturelle pour la parcelle et le lotissement. Et pour terminer, le côté Sud-Est la parcelle est desservi par la voie principale du lotissement. Ainsi il a été défini avec l’aménageur Edifidès que le macrolot 33 sera le seul du lotissement pouvant accueillir des logements collectifs ou intermédiaires. Les autres parcelles seront occupées par des logements individuels.

 

L'ensemble de l'opération sera consacré à la réalisation de 15 logements sociaux PLAI et PLUS.

 

Afin d’atténuer l’échelle du projet vis-à-vis des futures maisons voisines, le programme est séquencé en 3 parties et se développe dans un volume en R+2.

Depuis la rue principale du lotissement, les logements intermédiaires s’implantent dans la même logique urbaine que les maisons avoisinantes. Les 3 volumes semblent être des bâtiments indépendants alors qu’il s’agit d’un ensemble. Il en résulte de ce fait une impression d’échelle domestique moins imposante qu’un bâtiment classique de logements.

 

Avec leurs faibles épaisseurs et leurs toitures terrasses, les volumes se déploient telles des longères urbaines et s’adaptent ainsi au tissu urbain existant par une volumétrie sobre sans artifices. Ils marquent l’entrée du lotissement.

 

Les interstices entre les volumes consti­tuent les accès principaux et les circulations extérieures des appartements. Les volumes sont de longueurs différentes car en fonction de leur position, chacun s’adapte à la mor­phologie de la parcelle. Ainsi, malgré une forme répétitive, il s’en dégage une composition aléatoire.

 

Des retraits, des décrochés et des failles sont aménagés dans les différents volumes afin d’atténuer les masses bâties et permettre un meilleur ensoleillement des façades. Tous les appartements se prolongent sur de généreux espaces extérieurs et tournent le dos à la route départementale et ses nuisances. Les diffé­rentes terrasses et balcons rythment les façades et allègent ainsi la masse bâtie.

 

Les appartements en rez-de-chaussée seront principalement destinés aux séniors et aménagés avec des équipements leur permettant de rester autonomes. Ce même niveau dispose de nombreux locaux techniques et notamment deux locaux vélos répartis sur les deux cages d’escalier. Seul le local ordures ménagères se situe en dehors du bâtiment, le long du parking.

 

Le projet intègre également du stationnement aérien en limite de parcelle, avec 15 places destinées aux résidents avec un accès contrôlé par une barrière levante automatique. L’ensemble de ces places est végétalisé afin d’atténuer leur pré­sence sur le site lorsque les véhicules ne sont pas présents.

 

Le long de la voie principale la parcelle est délimitée par un traitement paysager (clôtures et haies végétales) qui privatise et sécurise le terrain. Des arbres de différentes tailles sont plantés sur la parcelle pour répondre aux futurs aménagements privés et à ceux de l’espace public du lotissement.