© Copyright Kitoko Studio 2018 - All rights reserved

ACLE - Extension d'une maison

"Les deux «maisonnettes » en zinc sont reliées par une faille vitrée qui donne accès à la toiture terrasse"

Client/Maître d'ouvrage:Private/Privé
Location/Lieu:Caen, France
Area/Surface: 177sqm/177m²
Year/Année:2018
Cooperation/Collaboration: Boulard
Status/Status: Completed/Réalisé

Ce projet d’extension/surélévation de maison se situe à Caen à proximité des lycées Augustin Fresnel et Jean Rostand, et à deux pas des quartiers de La Grâce de Dieu et de La Guerinière. C’est une maison de ville dans une rue calme qui occupe toute la largeur de son étroite parcelle en lanière.

 

Côté rue l’ensemble des habitations du quartier présente une certaine uniformité et une lecture architecturale simple. Côté jardin bon nombre de ces maisons possède de nombreux volumes disgracieux qui nuisent à leur aspect mais répondent aux besoins de leurs propriétaires. La maison du projet n’est pas épargnée par ce langage constructif décousu et, côté jardin, on découvre toute la complexité de la construction. C’est un patchwork de volumes d’extensions diverses qui sont le fruit des agrandissements successifs réalisés par les précédents propriétaires. La constante augmentation de surface a pris le pas sur la qualité d’usage de l’habitation. Les extensions successives ont tellement épaissi la maison que de nombreuses pièces ne reçoivent plus de lumière naturelle. De plus, ces volumes encombrent la vue vers le jardin et empêchent de jouir pleinement de celui-ci.

 

Les propriétaires désireux d’améliorer les espaces de la maison et d’offrir des chambres plus confortables pour leurs enfants ont décidé à leur tour d’agrandir leur maison.

 

La règlementation urbaine étant très contraignante, la parcelle étroite et la zone de constructibilité principale presque atteinte, la stratégie a été de construire sur l’existant. La première intervention a été d’assagir la maison en supprimant le maximum de volumes qui n’étaient plus en adéquation avec les nouvelles attentes des propriétaires afin de redonner une lisibilité et une cohérence urbaine à la maison.

 

Le rez-de-chaussée a été légèrement prolongé vers le jardin avec une grande ouverture afin d’amener un maximum de lumière naturelle et faciliter la relation de la pièce avec l’espace extérieur. Il s’aligne sur le volume existant de la cuisine. Afin d’uniformiser le rez-de-chaussée le traitement de la façade extérieure est en enduit teinté gris foncé. Il créé ainsi une base minérale solide sur laquelle reposent à l’étage deux petits volumes tels des maisonnettes qui accueillent la suite parentale et une nouvelle chambre d’enfant. Ils sont tous deux en retrait de la limite de constructibilité, apportant ainsi une dynamique au projet et créant par la même occasion une terrasse filante. Ce sont des volumes simples reprenant la volumétrie de la maison existante avec sa toiture à double pente habillée d’un bardage zinc couleur quartz.

Ces deux «maisonnettes » sont reliées par une faille vitrée qui accueille le nouvel escalier. Cette faille permet également d’apporter de la lumière au cœur du projet.

 

Depuis la rue principale, on ne distingue à peine la nouvelle addition de la maison. Elle est presque invisible. Il n’y a que l’espace rangement/cellier au rez-de-chaussée ainsi que le volume en porte à faux habillé de zinc abritant la salle de bain parentale à l’étage qui laissent deviner qu’une nouvelle construction existe.

 

L’espace de rangement/cellier relie directement la partie avant de la parcelle au jardin situé à l’arrière, permettant ainsi le passage de machines destinées à l’entretien du jardin ou l’accès au cabanon situé en fond de terrain.

 

La surélévation/extension s’inscrit parfaitement dans son contexte urbain reprenant la géométrie locale des toitures environnantes et ne vient en aucun cas dénaturer l’harmonie urbaine générale de la rue.

L’addition vient donner une unité à la maison tout en conservant l’idée d’une composition créée par de multiples volumes.