© Copyright Kitoko Studio 2018 - All rights reserved

CDB - L'appartement couteau suisse

"Une fois l’ensemble des éléments de mobilier repliés, la moitié de la surface de la pièce est libre"

Client/Maître d'ouvrage:Private/Privé
Location/Lieu:Paris, France
Area/Surface: 8sqm/8m²
Year/Année:2014
Cooperation/Collaboration: ---
Status/Status: Completed/Réalisé

Les chambres de bonne parisiennes ont pendant longtemps été considérées comme des espaces ingrats et reclus au sein des beaux bâtiments haussmanniens.

 

Toujours situées aux derniers niveaux sous toiture de ces belles demeures, elles se caractérisaient par leur modeste taille, un intérieur avec une esthétique rudimentaire et des espaces de circulations communs difficiles d’accès, une « non architecture » au sein même de belles architectures haussmanniennes.

 

Avec le temps, les chambres de bonne ont connu plusieurs fonctionnalités, perdant ainsi leur usages d’origine et devenant des greniers / débarras. Par la suite, l’augmentation générale du foncier a également généré une nouvelle prise en compte de ces mètres carrés oubliés et généré un renouveau de logement. Cette situation sous comble considérée comme ingrate est dès lors devenue une réserve foncière supplémentaire, offrant des caractéristiques jamais exploitées par leurs précédents occupants : bon ensoleillement, aucun vis-à-vis, vue sur les toits de Paris et la possibilité de créer des lofts en associant plusieurs chambres ensembles.

 

C’est par manque d’espace et en prévision de la venue d’une future fille au pair qu’ils ne peuvent pas accueillir directement dans leur appartement que nos clients nous ont confié la délicate mission d’aménager la chambre de bonne d’une surface de 8m². Malgré la petite superficie l’espace se devait d’être fonctionnel afin de pouvoir y dormir, et en plus pouvoir y cuisiner, manger, se laver, travailler et ranger un maximum d’éléments.

L’espace devait garantir l’autonomie de la future occupante.

 

La réponse architecturale que nous avons apportée afin de permettre la mise en place d’autant de fonctions différentes fait référence au « concept du couteau suisse ». Le couteau suisse est un simple couteau mais qui par un jeu de glissement et de rabattement permet de contenir une multitude d’outils dans un très petit objet. Ainsi la nouvelle chambre de bonne est une retranscription modulaire d’un tel objet avec des éléments de rangements, un lit, une table, une penderie, un escalier, une kitchenette et une salle d’eau, le tout entièrement intégré à un grand «placard » et qui se déploie au gré des envies et modifie la perception de l’espace. Une fois l’ensemble des éléments de mobilier repliés dans ce « placard », il dégage la moitié de la surface de la pièce.

 

Cette exigence d’un espace singulier multifonction a tout d’abord été perçue comme une contrainte assez complexe et, par la suite, est devenue la véritable force du projet.